Savoir-faire Linux forge un partenariat stratégique avec Technologic Systems

                   

Le 16 mai 2017 – Savoir-faire Linux, chef de file canadien des technologies open source et des logiciels libres et Technologic Systems, une compagnie américaine de solutions embarquées, sont heureux d’annoncer la conclusion d’un accord de partenariat de deux ans visant à offrir soutien mutuel des activités technologiques et Marketing. Cette initiative aura pour but d’optimiser l’offre des deux entreprises en conjuguant l’expertise Linux de Savoir-faire Linux et les composants matériels haute gamme de Technologic Systems.

Les deux sociétés collaborent depuis de nombreuses années pour offrir une  chaîne de valeur supérieure à leurs clients. Aujourd’hui, la synergie entre les solutions matérielles et logicielles est devenue indispensable dans une ère digitale, où les besoins du consommateur et l’expérience utilisateur deviennent centraux.  Ayant déjà réussi à accroître la satisfaction de leurs utilisateurs finaux, Savoir-faire Linux et Technologic Systems veulent désormais renforcer leur alliance pour offrir des solutions dépassant les normes de l’industrie et ainsi créer une chaîne de valeur unique pour délivrer une expérience plus pertinente aux utilisateurs.

Système embarqué TS-7990 de Technologic Systems complet avec écran tactile capacitif

Rappelons que depuis 33 ans, Technologic Systems (Arizona, États-Unis) crée des objets de calcul physique de classe mondiale afin de répondre à une large gamme de besoins industriels. Technologic Systems possède des centaines de produits commercialisés et la possibilité de modifier des solutions existantes ou de concevoir des ordinateurs embarqués entièrement personnalisés pour s’adapter aux besoins des clients. Un large éventail d’outils Linux exclusifs viennent donc consolider la vision de Technologic Systems en vue de créer des solutions orientées client. Le système d’exploitation Linux, Debian, Ubuntu Core et bien d’autres plateformes logicielles open source sont stratégiquement déployées sur une large gamme de systèmes embarqués pour répondre à l’application et aux exigences particulières du client.

Notre équipe d’ingénierie de produits construit un système d’interphone tactile: « Quick-Phone »

Cependant, pour assurer un soutien continu et une excellence de qualité dans l’offre de solutions open source, Technologic Systems s’est appuyé sur l’expertise profonde de Savoir-faire Linux (Montréal, Canada). Depuis près de deux décennies, Savoir-faire Linux a   créé et partage ses connaissances du logiciel open source par le biais de services de conseil, de conception, d’l’architecture et de maintenance en Amérique du Nord et en Europe. La société, en tant que membre Silver de la Fondation Linux, est connue pour le développement de solutions logicielles open source fiables et soutenues et a déjà forgé un partenariat stratégique avec des principaux acteurs open source tels que Red Hat, Liferay, Odoo pour n’en nommer que quelques-uns. En tant qu’intégré dans des communautés libre ou libre et open source telles que Linux Kernel, Debian, FFmpeg, Buildroot, etc., l’entreprise connaît les «ins et outs» de nombreuses technologies open source clés; Et est donc en mesure de garantir la stabilité et la performance du logiciel à un niveau inégalé par ses concurrents. Robert Miller, fondateur de Technologic Systems, affirme:

«Puisque nous fournissons du matériel embarqué pour de multiples industries, il était presque impossible de fournir un service applicatif à tous nos clients. Savoir-faire Linux est pour nous un partenaire fantastique, car ils se sont bien adaptés pour gérer une variété de projets sur une multitude de plateformes. Savoir-faire Linux comprend parfaitement le client et donne vie à sa vision en tirant le meilleur parti de notre matériel. C’est une équipe engagée et professionnelle. Nous les recommandons sans condition, en sachant que nos clients seront entre de bonnes mains.  » Robert Miller, fondateur de Technologic Systems.

Les deux sociétés forment ainsi un excellent partenariat qui profite à leurs utilisateurs finaux grâce à un accès à un ensemble de solution de logiciels matériels de trè sbonne facture,  performant et fiable. Ce partenariat devrait croître et mûrir dans des équipes de R & D collaboratives et élargir la portée des marchés canadiens et américains.

À propos de Technologic Systems
Depuis 33 ans Technologic Systems propose une grande variété d’ordinateurs simples, d’ordinateurs sur modules, de PC tactiles, de PC / 104 et d’autres périphériques, ainsi que des contrôleurs industriels qui répondent à la plupart des exigences de projets intégrés. Ils proposent des configurations personnalisées et des services de conception très soignée et spécifique, avec une spécialisation pour les architectures ARM et X86, la personnalisation FPGA et le support logiciel open source, en fournissant des solutions personnalisées avancées et en utilisant des stratégies de co-conception de matériels et logiciels pour des produits embarqués haut de gamme.

Voyager en Birmanie pour enseigner Linux embarqué: un souvenir inoubliable

Savoir-faire Linux a envoyé l’un de ses experts en Birmanie pour une formation Linux auprès d’une jeune compagnie spécialisée dans l’équipement industriel. Découvrez le témoignage de Julien Grossholtz à la découverte de ce pays à la fois énigmatique et pittoresque.

Une vue aérienne du Myanmar capturée via Google Maps

Je suis allé en Birmanie pour donner une formation dans ma spécialité : Linux Embarqué au sein de la compagnie Amber Star Trading. Amber Star Trading est localisée dans la petite ville de Pyin Oo Lwin, dans la région de Mandalay, au centre du pays.

À mon arrivée, j’ai visité la ville et ses alentours. Pyin Oo Lwin a été fondée par les Britanniques pendant la colonisation et on y trouve de belles maisons d’époque. L’écrivain George Orwell y a vécu pendant les années 1920. Le jardin botanique de la ville est absolument magnifique avec son lac, ses arbres tortueux, ses bambous géants, ses fleurs, ses orchidées offrant un paysage bucolique saisissant. C’était aussi un endroit idéal pour y observer la population locale : on y croise des familles en tenues traditionnelles, des enfants et de nombreux moines.

Les jardins botaniques nationaux de Kandawgyi
Les jardins botaniques nationaux de Kandawgyi

Passé les premières journées de découverte, j’ai commencé la formation. Ma mission était de former sept ingénieurs aux systèmes embarqués fonctionnant sous Linux. Nous avons abordé de nombreux thèmes : la cross-compilation, le développement d’applications, les interactions avec le hardware, buildroot, etc. Nous avons réalisé de nombreux exercices pratiques avec une carte de notre partenaire, Technologic-System, la TS-7680.

Une carte de Technologic-System: la TS-7680

Nous avons communiqué en anglais, ça n’a pas toujours été simple, mais nous avons réussi à nous comprendre avec de nombreux dessins au tableau. Mes élèves avaient des profils variés. Certains d’entre eux avaient déjà une bonne connaissance de Linux sur PC et les autres étaient spécialisés en hardware. J’ai donc adapté mon cours, mes explications et mes exercices aux besoins de chacun.

Julien Grossholtz, consultant en logiciels libres chez Savoir-faire Linux, pendant les sessions de formation

Le bilan de la formation fut très positif. Les élèves et l’entreprise attendent maintenant leurs objectifs et sont prêts à utiliser Linux pour leurs projets de  systèmes embarqués ! Pour ma part je suis fier d’avoir partagé mes connaissances, en particulier dans un pays qui évolue et qui s’ouvre petit à petit sur le monde.

Sous-chef, un projet innovant à la fois social et collaboratif

Sous-chef, un logiciel libre au service d’organismes à but non lucratif figure parmi les finalistes du Gala de reconnaissance en environnement et développement durable de Montréal 2017. Découvrez cette initiative sociale et solidaire, fruit d’une collaboration montréalaise inédite !

Il y plus d’un an démarrait l’aventure Sous-chef, un logiciel de gestion de popote roulante, piloté par Savoir-faire Linux pour les besoins de Santropol roulant, un service unique au Québec de popote roulante qui cuisine, prépare et livre plus d’une centaine de repas chauds, sains et nutritifs chaque jour à des personnes en perte d’autonomie. En 2016, Santropol Roulant souffrait de ne pas disposer de système d’information puissant et notamment d’une base de donnée pour faciliter sa gestion.

Sous-chef. Planifier. Livrer. Aider !

L’idée de Sous-chef est alors née ! L’objectif : simplifier la logistique en améliorant certains processus comme la gestion des données, le module de facturation et la livraison. Sous-chef tend également à augmenter l’impact communautaire en développant une meilleure gestion des restrictions alimentaires, en améliorant l’autonomie d’alimentation des bénéficiaires ainsi que l’expérience des bénévoles.

Sous-chef joue donc un rôle clé dans la chaîne de services. Il permet de :

  • Concilier restrictions alimentaires des clients rencontrant des enjeux de santé ;

  • Générer les plans de route changeant quotidiennement pour les bénévoles qui feront la livraison  ;

  • Identifier au mieux les envies, les aptitudes des clients et proposer des activités adaptées à leurs besoins (ateliers de cuisine, événements ou infolettres).

Et ses impacts socio-économiques sont nombreux ! L’apparition de Sous-chef a permis de soutenir l’accès à une saine alimentation et à l’agriculture urbaine en servant des repas équilibré, notamment par la réappropriation d’espace agricole en ville. Il renforce le développement de l’économie sociale et solidaire, en facilitant la mission des popottes roulantes. Il incite à l’utilisation des transports actifs et collectifs, en centralisant les commandes et en optimisant les déplacements et la livraison des repas. Enfin, il contribue au rayonnement de la culture locale en développant une collaboration étroite avec les fournisseurs locaux.

Née de la culture du libre

Créé dans la culture du libre, Sous-chef est un logiciel entièrement réutilisable par d’autres acteurs. Distribué sous licence libre, le logiciel est disponible et gratuit et donc chacun peut utiliser, installer et même le modifier pour l’adapter à ses besoins. Ainsi, d’autres popotes roulantes peuvent utiliser le logiciel sans frais et la durée de vie du projet se trouve prolongé par la capacité à réutiliser le code de ce projet.

Ce projet rassembleur repose sur une collaboration enrichissante des mondes communautaire (le Santropol Roulant), universitaire (la Maison du logiciel libre), professionnel (Savoir-faire Linux), sans oublier l’énergie et le dynamisme des communautés de développeurs et bénévoles impliqués (Python Montréal, Pyladies Montréal et Montréal Django).

L’engagement social de Savoir-faire Linux a représenté un investissement caritatif total de 1300 heures, avec un total de 16250 lignes de codes générées lors de divers Hacknight animés par nos équipes.

Initiative pilote du programme Initiatives Solidaires

Ce projet constitue une initiative pilote du programme Initiatives Solidaires pour Savoir-faire Linux qui est aujourd’hui en voie de généralisation. En effet, Savoir-faire Linux considère le logiciel libre comme étant un bien commun et s’engage à aider à combler les besoins en TI des OBNL. Le programme Initiatives Solidaires est destiné à renforcer l’engagement de Savoir-faire Linux comme acteur dans l’économie sociale et solidaire au Québec et à tisser des liens entre les communautés de développeurs bénévoles et le milieu associatif. Ce programme nous permet également de sensibiliser nos partenaires et employés au rôle du logiciel libre et à l’engagement citoyen.

Nous sommes donc très fiers de Sous-chef, qui incarne le premier projet solidaire de Savoir-faire Linux et qui souligne par sa réussite et sa nature libre,  l’importance des logiciels libres dans l’accès aux ressources et au savoir pour un monde plus solidaire.

Savoir-faire Linux, partenaire Platinium au Liferay Symposium 2017 Paris

En quête d’une expérience digitale enrichie ? Envie de créer des environnements personnalisés à travers le web, mobile et objets connectés ? Le Liferay Symposium est pour vous ! Le Symposium est l’occasion de poser vos questions, d’échanger sur les bonnes pratiques Web d’aujourd’hui et de découvrir Liferay,  le portail web open source de référence.

Partenaire Platinum du Liferay Symposium 2017 à Paris et expert en solutions Liferay, Savoir-faire Linux vous donne rendez-vous les 26 et 27 avril 2017 au Pavillon Dauphine pour rencontrer notre équipe, échanger avec l’éditeur et imaginer ensemble vos prochaines solutions d’affaires. Du site web client léger ou riche à l’application critique d’entreprise hautement sécurisée, en passant par la gestion de contenu web, la gestion documentaire, l’intégration d’applications métier… Liferay se présente comme la solution de référence mondiale, fiable, flexible et puissante pour propulser la stratégie numérique de votre entreprise !

Du 26 au 27 avril, plus de 200 membres de la communauté Liferay sont attendus : développeurs, chefs de projet, décideurs techniques ou métier et partenaires Liferay. À travers plusieurs présentations, partages des bonnes pratiques et retours d’expérience (dont Airbus, Danone, CNAF, Msheireb et TOTAL), nous tenterons de repenser les parcours clients, de casser les silos organisationnels et de créer des nouvelles expériences digitales cohérentes sur l’ensemble des canaux… Bref, autant d’impératifs et de sujets qui seront abordés lors de cette 7ème édition.

Ne manquez pas l’occasion d’en apprendre plus sur les solutions Liferay et de découvrir l’expertise de nos équipes au service de l’expérience client !

  • 26 avril : Rencontre technique
  • 27 avril : Symposium

Trois défis technologiques pour adapter FFmpeg aux standards TR-03

L’industrie de la radiodiffusion aujourd’hui

« Aujourd’hui, la magie du cinéma et de la télévision, c’est une histoire de sorcellerie technique » (SMPTE, 2017). Les grands radiodiffuseurs (comme Radio Canada) dépendent en grande partie d’équipements de radiodiffusion professionnels aux standards développés par la Société des Motion Pictures et Television Engineers® (SMPTE®). En plus d’arrimer par des standards universels, les diffuseurs et les fournisseurs d’équipements, la SMPTE contribue à faire progresser l’ingénierie de l’image dans l’industrie mondiale de la radiodiffusion. Présentement, l’industrie se base sur des équipements puissants mais lourds, capables de transmettre des données brutes (c’est-à-dire des signaux vidéo numériques non compressés et non cryptés) vers des équipements (terminaux) de télédiffusion (TV, ordinateur, mobile, etc.). Récemment, notre équipe d’ingénieurs s’est lancée dans l’aventure (soutenue financièrement par Radio Canada) pour tester une hypothèse technologique : Transmettre des données brutes de 3,5 Gbps, à l’aide de la plateforme FFmpeg et d’un serveur standard, le tout, sans passer par un équipement spécialisé.

Savoir-faire Linux relève le défi
L’hiver fut froid et enneigé à Montréal. Nous nous sommes donc réchauffés en passant du temps sur l’antre de FFmpeg. Notre but était de mettre en place un pipeline TR-03/SDI pouvant traiter plusieurs flux HD sur un serveur standard, tout en fabricant des dérivés basse définition du même flux grâce à FFmpeg.
Image result
Logo de FFmpeg

Plusieurs enjeux sont apparus sur notre chemin. Tout d’abord, le format TR-03 ; celui-ci n’était pas supporté dans la version upstream de FFmpeg. Le second fut la quantité de données à traiter : on parle d’un débit d’environ 3Gb/s, ce qui, d’après les développeurs de FFmpeg, n’était probablement pas possible à traiter. Enfin, il nous fallait ajouter du transcodage dans le pipeline, ce qui impliquait une charge encore plus importante sur le CPU.

L’implémentation de TR-03 ne fut pas le plus grand défi car le format vidéo était relativement simple. Nous avons donc rapidement mis en route un émetteur en utilisant GStreamer, qui possédait déjà les capacités nécessaires à l’envoi d’un tel volume de données.

Big Buck Bunny est un court métrage d’animation animé de l’Institut Blender, publié sous la forme d’un film open source sous Creative Commons License Attribution 3.0.

Une fois le flux de données en place, les freins à la performance sont devenus plus évidents. Pour identifier clairement ces freins, nous avons écrit plusieurs scénarios de référence utilisant des tests unitaires et LTTng (le roi des traceurs système sur Linux). Cela nous a permis de mettre le doigt où nous perdions des paquets, en l’occurrence, ici au niveau de la socket dans le noyau, et au niveau des buffers de l’interface réseau. Étant donné que nous contrôlions étroitement le traitement des données, il fut relativement facile d’ajuster la taille de ces buffers tout en conservant des délais acceptables. Ensuite, nous avons remarqué que le thread de FFmpeg responsable de la collecte et de décodage des données monopolisait à lui seul tout un cœur du CPU, causant occasionnellement une perte de paquets lorsque nous n’étions pas assez rapide à récupérer les données du buffer de la socket. Pour palier à ce problème, nous avons découplé le travail de collecte des données du travail de décodage. La mise en place consciencieuse de ces étapes nous a permis d’obtenir un pipeline complet ne souffrant d’aucune perte de paquets. Nous avons donc pu célébrer notre réussite avec un bon gâteau, quelque verres et un film HD que nous pouvions enfin regarder (je ne m’attendais pas à ce que Big Buck Bunny soit si drôle à regarder).

La dernière mise à jour et les nouveaux défis

Le 5 avril dernier, les contributions développées et affinées par l’équipe ont finalement été intégrées à FFmpeg, ce qui signifie que leur preuve de concept a rencontré les normes énoncées par la communauté FFmpeg et fait désormais partie de la plateforme open source.

Pour notre équipe Ingénierie de Produits, c’est une aventure trépidante et prometteuse. En dépit de tous les risques et défis, notre équipe a empiriquement démontré la possibilité d’exécuter des pipelines de traitement SDI sur un serveur standard utilisant la plateforme FFmpeg. Cette expérience est une réussite, révélant en bout de ligne l’immense potentiel de FFmpeg dans l’industrie de la radiodiffusion. Pour continuer à adpater FFmpeg aux normes de SMPTE 2110 – en constante évolution – notre équipe fait désormais face à un autre défi de taille. FFmpeg ne supportant pas la synchronisation comme décrit dans SMTPE 2110, nos experts évaluent maintenant la possibilité d’apporter les contributions nécessaires pour relever ce nouvel enjeu !

Auteurs :

  • Damien Riegel,
  • Eloi Bail, et
  • Stepan Salenikovitch.