Ring est maintenant dans Debian

C’est le 30 Juin que Ring fut officiellement accepté dans Debian testing, les dépôts de développement de la prochaine version de Debian: Stretch.

Ceci est une bonne nouvelle pour les utilisateurs de Ring!

Il est donc maintenant possible d’installer Ring à partir des dépôts de votre distribution sans avoir à ajouter ceux de ring.cx.

Ring à la DebConf16 et arrivée dans les dépôts de Debian et Ubuntu

CmYA4fXXgAAyhaf

La 17e édition de la conférence annuelle des développeurs de Debian se déroulait à Cape Town en Afrique du Sud.

Des membres de l’équipe de développement de Ring ont fait le déplacement afin d’y présenter le projet et travailler sur son intégration dans les dépôts officiels de Debian.

Ring dans les dépôts d’Ubuntu et de Debian

Si vous êtes un utilisateur de Debian testing, vous pouvez maintenant installer Ring avec la commande suivante:

– « apt-get install ring »

L’arrivée de Ring dans les dépôts de Debian implique également sa disponibilité dans Ubuntu.

Ring fut intégré dans Ubuntu 16.10 le 2 Juillet 2016.

Des contributeurs de Debian ont déjà commencé à tester Ring sur GNU Debian/kFreeBsd, on peut y espérer un paquet dans un avenir proche.

Une requête accompagnée d’un patch a été envoyée par un utilisateur Debian afin de permettre à Ring de compiler sur Debian Jessie.

Il y aura donc possiblement un backport de Ring dans jessie-backports, ce qui permettra aux utilisateurs de Debian Jessie d’installer Ring depuis les dépôts officiels de Debian.


Présentation de Ring à la DebConf16

Alexandre Viau et Simon Désaulniers ont fait une présentation détaillant la technologie utilisée pour passer des appels de manière décentralisée. Un avant-goût de l’utilisation d’Ethereum pour l’enregistrement de noms d’utilisateur est également exploré.

Un enregistrement de la présentation est disponible dans les archives de debian-meetings:
http://meetings-archive.debian.net/pub/debian-meetings/2016/debconf16/Decentralized_communications_with_Ring.webm


OpenDHT dans Debian expérimental

OpenDHT a été développé pour répondre aux besoins de Ring mais le projet demeure tout de même indépendant et pourrait être utilisé par d’autres applications.
Le paquet libopendht a fait son apparition dans Debian expérimental pendant la DebConf.

Les prochaines itérations du paquet vont inclure le programme dhtnode, qui permet d’exécuter un noeud OpenDHT.

Le programme permet à la communauté d’héberger des nœuds OpenDHT sans avoir à exécuter dring, le daemon Ring, qui est plus lourd en dépendances que dhtnode.

MONitoring as a Service pour OpenStack

Début mai, nous annoncions la publication d’un blueprint proposant l’intégration d’un service de supervision à la plate-forme infonuagique OpenStack. Baptisé Monitoring as a Service (MONaaS, ce qui pourrait se traduire par Supervision-service en français), ce projet a été présenté pour la première fois le 21 mai, par Thibault Cohen et moi-même, lors du salon Solutions Libres & Open Source de Paris.

Nous vous invitons à en visionner les diapositives que nous allons présenter de nouveau à Montréal lors de la troisième rencontre d’OpenStack Montréal, ce mercredi 4 Juin.

MONaaS-presentation-titre

Aujourd’hui, en effet, il n’existe pas de solution de supervision dans OpenStack si ce n’est au travers du projet Ceilometer. Ce composant d’OpenStack a pour but de collecter des mesures d’utilisation des différents composants de la plate-forme et ce, à l’origine, afin d’en permettre la facturation. Il répond bien aux besoins de mesure de l’infrastructure des opérateurs du cloud, mais ce n’est pas une solution de supervision destinée aux utilisateurs de l’infrastructure et à leurs applications.

Ceilometer ne permettant pas la supervision au niveau applicatif, nous proposons donc d’ajouter un composant de Monitoring as a Service (MONaaS) à OpenStack.

  • Il serait question d’un service REStful tolérant aux erreurs, autosupervisé et hautement disponible.
  • Ce service permettrait aux utilisateurs de créer différentes opérations de vérifications qui seraient effectuées périodiquement par le service de supervision.
  • Un agent optionnel serait installé dans les instances afin de récolter des données applicatives qui ne sont autrement pas visibles de l’hyperviseur.
  • Le service de supervision pourrait aussi effectuer des vérifications de disponibilité en testant directement vos services sur leur ports TCP/UDP standards (SMTP, HTTP, etc…)  et même effectuer des scénarios web.

Bien entendu cette contribution est totalement ouverte et nous discutons actuellement avec les membres de la communauté technique pour intégrer au mieux notre projet dans l’écosystème OpenStack. En attendant l’intégration du Monitoring as a Service dans Openstack, SFL à publié un plugin Nagios qui permet la supervision des métriques dans Ceilometer.

Ce billet a été préparé et co-rédigé par Alexandre Viau et Thibault Cohen

Vidéo de la présentation (MISE À JOUR)