Découvrez OpenStack et OpenShift à Montréal et Québec avec RedHat, iWeb et Savoir-faire Linux!

Logos OpenStack, OpenShift, Savoir-faire Linux, Red Hat et iWeb!Le sommet OpenStack à Paris, qui avait lieu il y a un mois, a réuni des milliers de personnes venues du monde entier et consacré la maturité de cette plateforme infonuagique libre.

Lors de sa conférence d’ouverture, Jonathan Bryce, directeur exécutif de la Fondation OpenStack, expliquait ainsi la constante montée en popularité de la solution à travers le monde: « [Si] la virtualisation est poussée par les TI, le cloud est demandé par les métiers qui recherchent des ressources flexibles et rapides à mettre en œuvre pour être aussi réactif que les startups. »

Si l’approche de virtualisation classique  a toujours sa pertinence à certains égards, la fluidité de l’économie et ses impératifs de compétitivité, de réactivité et de choix élargis rendent de plus en plus incontournable l’approche agile proposée par l’infonuagique.

Afin de vous permettre de vous familiariser avec les meilleures solutions infonuagiques open-source, nous sommes heureux de vous inviter à cette nouvelle vitrine technologique sur OpenStack (IaaS) et OpenShift (PaaS), en partenariat avec nos partenaires Red Hat et iWeb.

Heure Programme présenté par
13h00 Accueil
13h30 En route vers DevOps: de l’IaaS à l’intégration continue (PDF) Savoir-faire Linux
14h00 Retour d’expérience en production (PDF) iWeb
14h30 Courte pause
14h45 OpenStack en action (PDF) Red Hat
15h30 Courte pause
15h45 Introduction à OpenShift (PDF @ Montréal ou Québec) Red Hat
16h30 Conclusions et discussions

À l’issue de cette rencontre, vous serez en mesure d’évaluer clairement les périmètres et fonctionnalités d’OpenStack et d’OpenShift et ce que ces technologies peuvent apporter à votre organisation.

Où et quand

Inscrivez-vous!

Inscrivez-vous!

Premier Forum Decideo: BI classique, web sémantique et analyse prédictive

Une équipe de Savoir-faire Linux était de passage au Forum Decideo qui a eu lieu le 11 juin dernier, à Québec. Eh oui! « Il s’agit du premier Forum Decideo au Québec, et il est à Québec, pas à Montréal », rigolait l’organisateur de l’événement et éditeur en chef de Decideo, Philippe Niewbourg. Ce forum réunissait des utilisateurs de systèmes BI de Québec, principalement issus du secteur public et de l’assurance, afin de discuter des pratiques d’intelligence d’affaire dans leurs organisations.

Savoir-faire Linux au Forum Decideo

À gauche: Jérémie Delobel, meneur de pratique Talend chez Savoir-faire Linux, à l’écoute des participants au foyer du Forum. À droite: les conférences avaient lieu dans le bel auditorium de l’Auberge Saint-Antoine de Québec.

Du BI classique à l’analyse prédictive

Au menu des conférences, les retours d’expérience du MAPAQ et du Ministère des Finances sur leur utilisation de solutions classiques d’entrepôt de données et de communication de données (reporting). On y apprend notamment qu’on n’a jamais trop peu de moyens pour commencer un projet BI. Et aussi que les projets les plus stratégiques pour une organisation ne sont pas nécessairement les plus coûteux.

#Reporting: Commencer un projet BI petit de façon itérative pour voir grand et globalement - Ministère des finances #agile #bi #fdqc14

À l’autre bout du spectre, nous avons aussi eu droit à des conférences sur le BI du futur: l’analyse prédictive. Nous y avons vu des applications concrètes dans les domaines de la santé, de la lutte à la fraude et de l’investissement boursier.

On apprend ainsi que l’enjeu principal du prédictif réside dans le fait de ne pas restreindre en amont la sélection de variables, mais au contraire d’aller chercher le maximum d’éléments d’information afin de laisser les algorithmes explorer les « liens faibles » entre ces variables, qui influencent un problème de façon non linéaire.

Selon Dr Zyed Zalila, PDG-Fondateur de la société de R&D Intellitech, cité ici de mémoire:

« Si décrire un phénomène peut être compliqué, le prédire est très complexe et le complexe ne peut se résoudre en segmentant simplement le problème en parties compréhensibles. On doit saisir l’interaction de milliers de variables qu’on ne peut isoler les unes des autres. Or, le génie humain ne peut saisir un concept de plus de huit dimensions.
Le défi du prédictif réside donc dans la créativité et l’assiduité à recenser toutes les caractéristiques possibles des cas dont le dénouement est connu. On doit pouvoir faire confiance à l’algorithme qui se chargera, en aval, de réduire les variables inutiles à l’équation, mais surtout de formuler cette équation permettant de résoudre un problème incompréhensible pour l’homme. »

Le web sémantique et Talend s’invitent à la conférence

Entre ces deux volets classiques et futuristes, nous avons eu droit à la présentation de solutions cartographiques avec le CRIQ (prochainement sur icriq.com) ainsi qu’à une présentation surprise sur le web sémantique par François Belleau.

Le web sémantique, ce n’est pas un concept nouveau, mais force est d’admettre que l’on n’a pas encore réussi à le démocratiser. Partant de ce constat, le conférencier s’est justement donné comme mission de faciliter l’accès aux outils permettant d’exploiter ce qu’il est convenu d’appeler le « Web 3.0 ». Citation:

« Cela ne sert à rien de parler de web sémantique si nous n’avons pas des outils simples à utiliser pour démontrer ses capacités. »

Lors d’un démo de moins de 5 minutes sur le site DBpedia.org, qui permet de manipuler les données de Wikipédia, il a démontré qu’il est possible, par exemple, d’obtenir en peu de clics le palmarès des pays dans lesquels sont nés le plus grand nombre de compositeurs recensés dans cette encyclopédie.

Avec un outil libre comme Talend, a-t-il poursuivi, une entreprise peut combiner ces jeux de données du web sémantique à ses propres données organisationnelles, et ce, avec un minimum de configuration. Il a même créé un groupe de composants Talend qui facilite ce travail:

@FrancoisBelleau: Découvrez le web sémantique avec mon plugin branché @Talend #fdqc14

Bravo et merci à Decideo!

Nos tenons à féliciter la fine équipe de Decideo pour ce premier forum qui fut une occasion unique de discuter spécifiquement d’intelligence d’affaires dans la Vieille capitale. Le deuxième forum Decideo aura lieu à Montréal en septembre prochain. C’est un rendez-vous!

▸ À voir aussi: résumé sur @storify de ce Forum Decideo

Vue du foyer du Forum Decideo

Une communauté Alfresco RM naissante au congrès de l’Association des archivistes du Québec

Aperçu de la salle de conférence du congrès.Cette semaine avait lieu le grand congrès annuel des archivistes du Québec à Laval. Nous y avons donné une présentation du dernier module de gestion des archives d’Alfresco, la fameuse plate-forme open-source de gestion électronique des documents (GED), en compagnie de madame Jeanne Darche, une archiviste professionnelle que nous accompagnons depuis plusieurs mois dans le déploiement de cette solution.

Cela fait environ deux ans que Madame Darche pilote l’implantation d’Alfresco au sein de l’Agence de la santé et des services sociaux des Laurentides. La mise à l’épreuve de la version communautaire de ce puissant logiciel s’étant avérée concluante, l’Agence a entrepris de souscrire à la version entreprise, Alfresco One, afin de s’assurer le maximum de robustesse, de performance et de fiabilité. Et elle a choisi Savoir-faire Linux pour l’accompagner dans cette voie.

C’est donc un retour d’expérience très concrète qui a été présenté hier aux professionnels québécois du domaine par Madame Darche, en compagnie de notre leader de pratique GED, Yannick Richard. En voici les diapositives:

« Nous avons travaillé ensemble à un scénario répondant aux principales questions que pourraient se poser les archivistes québécois à la recherche d’une solution de gestion documentaire », m’expliquait Jeanne Darche avant la présentation. Une fois celle-ci terminée, elle ajoutait: « Je pense que ce n’est que le début pour Alfresco au Québec. »

easyrm-folder-frenchCe sentiment est partagé par Yannick Richard: « Je dois absolument remercier Jeanne, dit-il, qui a été très généreuse de son temps. Notre présentation répondait du coup vraiment aux préoccupations des archivistes et à leur environnement de travail. Les discussions qui ont suivi m’ont permis de noter certains besoins spécifiques auxquels nous allons répondre en influençant en ce sens l’évolution future du module d’archivage d’Alfresco. »

Voilà qui démontre une fois de plus la force des communautés d’utilisateurs dans l’écosystème open-source. Il est en effet primordial de créer des interactions permanentes entre les équipes de développement et les utilisateurs des logiciels, afin que ceux-ci évoluent au rythme des besoins réels. L’intérêt exprimé à ce congrès par plusieurs archivistes et le fait que d’autres agences de santé envisagent également de migrer vers Alfresco, voilà effectivement des signes de la naissance d’une communauté Alfresco québécoise dont les pratiques et les expériences partagées profiteront à tout l’écosystème de la gestion documentaire du Québec.

PS: Le Congrès se poursuivait encore aujourd’hui et profitons-en pour signaler la journée internationale des archives, le 9 juin prochain!

AAQ2014

Découvrez BlueMind et rencontrez les éditeurs de cette plate-forme de messagerie de nouvelle génération!

seminaires-bluemindBlueMind, c’est une nouvelle génération de messagerie collaborative open-source qui connaît actuellement beaucoup de succès en France, son pays d’origine. Adoptant les principes d’ergonomie et de réactivité des populaires interfaces de Google Mail, cette plate-forme libre offre l’avantage de pouvoir être hébergée sur les infrastructures internes des organisations, qui conservent ainsi le plein contrôle de leurs données.

Adieu, les clients lourds et fastidieux! Avec BlueMind, ceux-ci sont remplacés par une application web adaptative et interopérable intégrant tant les courriels et les calendriers que la messagerie instantanée, la voix sur IP (grâce au renfort d’Avencall) et même, bientôt, le partage de documents.

Cette solution riche, agréable et résolument contemporaine s’adresse aux entreprises, aux administrations publiques et aux établissements d’enseignement de toutes tailles. Son intégration simplifiée avec des systèmes et applications externes tels que portails, CRM, annuaires libres ou propriétaires, ainsi que les solides garanties offertes avec sa version Entreprise assurent par ailleurs la tranquillité d’esprit des administrateurs.

Démo complète de BlueMind à Montréal et à Québec

Savoir-faire Linux et BlueMind sont heureux de vous inviter à un séminaire d’une demi-journée, à Montréal le 22 et à Québec le 23 avril, que je co-animerais avec Pierre Baudracco, président et co-fontateur de BlueMind.  A l’issue de cette rencontre vous serez en mesure d’évaluer clairement ce que peut apporter à votre organisation ce système de messagerie collaborative open-source complet, moderne, innovant, industrialisé, porté par une communauté dynamique, assorti d’une offre professionnelle mature et d’un solide soutien local de première ligne.


Séminaire BlueMind à MontréalÀ Montréal, le 22 avril 2014 :

Institut National de l’Image et du Son (INIS)
301 de Maisonneuve Est (Métro: Berri-UQÀM)

INFORMATION + RÉSERVEZ MAINTENANT


Séminaire BlueMind à MontréalÀ Québec, le 23 avril 2014 :

Vitrine technologique du CSPQ
1500 Rue Cyrille-Duquet, Québec

INFORMATION + RÉSERVEZ MAINTENANT


À propos de Pierre Baudracco

Pierre BaudraccoPierre Baudracco est le fondateur et président de BlueMind, éditeur de la solution de messagerie collaborative nouvelle génération qui se présente comme l’alternative numéro 1 à Microsoft Exchange et Google Mail. Choisie par de nombreuses collectivités et administrations, prêt pour le Cloud, BlueMind apporte des innovations comme la mise à jour intégrée ou le mode web déconnecté permettant de se passer des clients lourds du déploiement au niveau des postes. Avec son équipe, Pierre a mené les plus gros projets français de messagerie Open Source. il est aussi président de SoLibre l’association des professionnels du Libre du Sud-Ouest, membre du CNLL.

BlueMind à la conquête du Québec et du Canada

Détail du bureau BlueMindDix huit mois à peine après son lancement, la solution open source de messagerie et de collaboration d’entreprise de nouvelle génération développée par la « startup » toulousaine BlueMind a conquis une large base d’utilisateurs français. Cette vague s’étendra-t-elle bientôt au Québec, dont le gouvernement s’apprête à renouveler ses systèmes de messagerie et ne cesse d’affirmer son engagement envers le logiciel libre?

BlueMind dispose de tous les atouts pour séduire et satisfaire les organisations québécoises grandes et petites à la recherche d’une plate-forme de communication moderne, sécuritaire et abordable. Mais revenons sur la chronologie et la dynamique de son succès en Europe.

Une ascension fulgurante

BlueMind émerge des limbes début 2012, sa version préliminaire étant choisie comme futur système de messagerie par le Centre Hospitalier du Gers, puis la Ville de Saint-Ouen et le Conseil Général de Tarn et Garonne. En Octobre 2012, la version 1.0 remporte le prix de l’innovation ouverte (Open Innovation Awards) à l’Open World Forum. La solution connaît dès lors un vif succès, en particulier auprès des municipalités et collectivités territoriales.

La version 2.0 est publiée en mai 2013 et BlueMind fait en effet son entrée au catalogue de l’UGAP, la grande centrale d’achat du secteur public français. À l’automne, l’éditeur annonce par voie de communiqué la signature d’une dizaine d’accords de partenariat renforçant ses ventes indirectes en France, en Grande-Bretagne, au Canada (avec Savoir-faire Linux) et aux États-Unis. En janvier 2014, enfin, il signe avec le Ministère de l’Éducation supérieure et de la Recherche un protocole d’entente qui lui d’étendre sa base d’utilisateurs dans les universités, grandes écoles et autres établissements publics à caractère technologique et scientifique.

Les conditions du succès

Pendant ce temps, le développement se poursuit et la sortie de la version 3.0, en février dernier, augmente encore le pouvoir d’attraction de BlueMind : communications unifiées, gestion des étiquettes, recherche plein texte, protocoles d’authentification et compatibilité améliorés, etc. Au cours de l’été 2013, l’entreprise renforce son conseil d’administration, réalise une importante levée de fonds  et élabore une politique de partenariats qui va lui permettre de se concentrer sur son cœur de métier : le développement et le support du logiciel.

Les principaux facteurs de cette rapide progression sont clairs :

  • une équipe de développement dotée, dès le départ, d’une solide expertise métier;
  • une stratégie de produit claire, pensée en fonction des utilisateurs;
  • un changement de culture technologique qui ouvre la voie à l’émergence d’un produit fortement innovant;
  • la concentration sur le cœur de métier de l’entreprise et l’appui d’un écosystème en croissance rapide.

Vers un écosystème BlueMind au Canada

Depuis 15 ans, chez Savoir-faire Linux, nous avons appris à identifier très tôt les technologies open-source matures, celles dont les entreprises peuvent tirer les meilleurs bénéfices. BlueMind est l’une d’entre elles. En devenant son premier intégrateur canadien, nous savons que nous faisons un bon choix et que les organisations qui nous suivront dans cette voie en bénéficieront également.

Nous devons cependant nous assurer que l’offre de services soit abondante et diversifiée. C’est pourquoi nous allons contribuer à l’émergence d’un réseau de partenaires canadiens respectant les règles de libre concurrence, de partage et de collaboration qui animent toutes les grandes communautés de logiciels libres. Le monde de demain sera construit, croyons-nous, à l’aide de standards ouverts et de logiciels libres… de toutes contraintes, blocages et frais cachés.

Vous aussi, découvrez BlueMind!

Les dirigeants de BlueMind seront parmi nous en avril 2014 pour présenter la plate-forme lors de deux ateliers publics. Réservez dès maintenant et contactez-moi pour plus de détails!

Le 22 avril à MontréalLe 23 avril à Québec

tablette-bluemind-perspective