Ring apporte contrôle et confidentialité à vos communications texte, voix et vidéo

Joint the Ring!Je suis très emballé par une initiative dont Savoir-faire Linux est le fer de lance et qui vise le marché de la communication sécurisée. Le problème majeur, c’est essentiellement qu’il n’y a pas de réelle confidentialité possible tant qu’un serveur ou un service centralisé est en mesure de surveiller et mesurer vos communications. Big Brother surveille toujours! Or, les fournisseurs des solutions actuelles exigent que vous vous connectiez à leur service afin d’alimenter leur modèle de revenus tel que la vente de publicité ou de l’imposition de frais d’utilisation.

Fidèles à nos engagements originels de soutenir et développer le logiciel libre, Savoir-faire Linux développe une plate-forme de communication qui ne nécessite pas de serveur centralisé pour communiquer, laissant ainsi le contrôle et la confidentialité entre les mains de l’utilisateur.

En adoptant la technologie DHT (Distributed Hash Table ou « Table de hachage distribuée ») qui est utilisée par les réseaux de partage de fichiers comme BitTorrent, la plate-forme crée son propre réseau sécurisé sur Internet sur lequel elle distribue des fonctions d’annuaire, d’authentification et de chiffrement à tous les systèmes qui s’y connectent. C’est pourquoi nous l’avons appelée Ring.

Vous vous demandez peut-être maintenant :

« OK, ça a l’air cool mais concrètement, ça veut dire quoi pour moi? »

Jetons donc un œil à quelques-uns des avantages :

  • Comme il n’y a pas de serveur centralisé, personne ne peut vous suivre à la trace et la plate-forme ne sera jamais hors service.
  • Vous contrôlez à qui vous donnez votre clé d’identification; sans la connaître, impossible de vous joindre.
  • Ce logiciel libre est gratuit et placé sous licence GPL.
  • Il ne nécessite aucune configuration ni aucun mot de passe.
  • Tout est chiffré — la communication point à point est chiffrée pour le clavardage, la vidéoconférence et les appels vocaux avec le standard de chiffrement AES 128.
  • Il est disponible sur plusieurs plates-formes  : Linux, Mac, Windows, iOS, Android, et potentiellement plus.

Québec adopte une motion qui encourage l’utilisation des logiciels libres

Mardi dernier, l’Assemblée nationale du Québec a adopté à l’unanimité une motion saluant toute initiative en vue de l’édition et de la diffusion de logiciels libres au Québec, et encourageant le gouvernement à poursuivre ses efforts pour promouvoir l’utilisation du logiciel libre au sein de l’administration publique.

Le président du Conseil du Trésor, Stéphane Bédard, présentant la motion à l'Assemblée nationaleDevant beaucoup aux années d’efforts de notre président, Cyrille Béraud, évangéliste des logiciels libres qui promeut et professe sans relâche la maturité et les avantages de l’open-source, la motion est une première en son genre. Elle accroît la visibilité et l’acceptabilité du logiciel libre.

Tout récemment, une note de recherche de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) affirmait par exemple qu’en 2012, le gouvernement du Québec aurait pu économiser 265 millions de dollars en coûts de licence s’il avait choisi la migration au logiciel libre (voir l’article du Soleil).

Nous somme donc témoins d’une réduction de l’écart concurrentiel pour les logiciels d’entreprise au profit de l’open-source, ce qui se traduira certainement par une baisse des ventes de logiciels propriétaires à court terme et accélérera l’adoption de l’open-source à moyen terme.

Pour en savoir plus :