Partie 2 : L’optimisation du trafic réseau

Rappelez-vous, dans notre article précédent, nous vous parlions de la PHT et de la possibilité d’y lancer plusieurs recherches sur une clef précise au lieu d’une seule et unique requête présente sur une clef donnée.

Cette activité sur les clés continue et se précise puisqu’il est désormais question d’optimiser les recherches des utilisateurs. Simon Désaulniers, développeur pour le projet Ring, travaille actuellement sur l’optimisation des opérations sur la table de hachage OpenDHT en y implentant des query (requêtes). Cette fonctionnalité permet de faire le tri des données non plus à la réception, mais à l’envoi. Autrement dit, les nœuds contenant les données appliquent le filtre décrit par les requêtes avant d’effectuer l’envoie des données. De cette façon, beaucoup de données échangées précédemment éviteront de transiter inutilement sur le réseau.

De son côté, Nicolas Reynaud travaille sur le comportement évolutif de l’arbre préfixe. Ses efforts visent à optimiser la couche du PHT de façon à ce que celui-ci présente un état cohérent en tout temps.

Car en effet, après le passage des clefs unidimensionnelles aux clefs multidimensionnelles, le risque que les données se perdent au cours de l’évolution du réseau augmentera avec la complexité de la clé. De plus, il a pour objectif l’ajout des clés multidimensionnelles complètes comme partielles (c.f. encadré).

Afin de s’assurer que les données se déplacent au bon endroit dans l’arbre préfixe, l’algorithme qui tourne sur le PHT a été automatisé de telle manière à ce qu’aucune données ne se perdent en allant se nicher « dans la mauvaise feuille ». Ceci est une étape cruciale pour Ring puisqu’il s’agit d’établir les fondations pour un système de publication de profil Ring.

Publié par

Savoir-faire Linux

Fondée sur les principes de l’économie du savoir en 1999, Savoir-faire Linux a développé une expertise unique dans les technologies de l’information, l’ingénierie des logiciels libres et à code ouvert, le développement du noyau Linux et les objets connectés. Depuis, l’entreprise a accompagné de nombreuses sociétés à répondre à l’évolution constante de leurs systèmes d’information.
En tant qu'entreprise de taille moyenne dotée d'équipes multidisciplinaires d'ingénieurs basées à Montréal, Québec, Lyon et Rennes, Savoir-faire Linux a offert un large panel de services, lors de ces 19 dernières années, à plus de 500 organismes, dont des institutions gouvernementales, des grandes agences internationales, des géants de l'industrie et des PME / PMI. Déployant les meilleurs outils libres et à code ouvert couplés à son expertise, Savoir-faire Linux vise à améliorer les systèmes informatiques de ses clients et à accélérer leurs processus d'innovation. Son ingénierie de qualité, ses performances fiables et son excellent service client lui a valu plusieurs reconnaissances dont ISO 9001, ISO 14001, Silver Member de la Linux Foundation, Platinum Partner de Liferay et Advanced Partner de Red Hat.