FOSDEM 2017 : nos impressions

Un amphithéâtre plein à craquer lors de la conférence principale sur les Kubernetes

Cette année, nos envoyés spéciaux au FOSDEM étaient 5. Soizik, Cécile, Clément, Adrien et Andreas nous livrent leurs impressions, leurs coups de cœurs et leurs découvertes.


Soizik Froger, chef de projet

– Plongé : dans mon 1er FOSDEM. Ce fut une super expérience, avec un seul regret : ne pas avoir le don d’ubiquité ! Un sacré bain de techno, de passionnés et une belle leçon d’humilité face au niveau des intervenants !

– Préféré : la conférence du petit «frenchy» Matthieu Totet sur le cycle « graph » : un travail passionné et passionnant sur son module Gephy de suivi en temps réel de l’activité Twitter, ou comment saisir le potentiel fantastique de cette technologie!

– (Presque) pleuré de joie : lors de la séance de Q&A avec le Governing board OpenJDK Java : Mark Reinhold, Mario Torre, Andrew Haley, Georges Saab & Doug Lee (embedded). J’ai volé une photo devant laquelle je me prosternai chaque soir jusqu’au prochain FOSDEM.

Mark Reinhold, Mario Torre, Andrew Haley, Georges Saab & Doug Lee (en téléconférence).

– Décerné : la palme du meilleur orateur pour Christian Thalinger pour son benchmark du Compiler JIT Graal sur les services Twitter car j’ai tout compris et je ne pense pas que cela vienne de moi !

– Découvert : ce qui se cache sous le capot de Ring. On a assisté à un bel échange technique autour de l’architecture et à une immense vague d’enthousiasme pour ce projet ambitieux et modulable ! Bravo à l’équipe !


Cécile Delépine, directrice générale déléguée Europe

– Sauté à pieds joints : dans mon premier FOSDEM. Ce fut une super occasion de rencontrer l’écosystème dans un environnement à la fois détendu et très professionnel.

– Surveillé : l’orchestration de containers avec Kubernetes, la communauté Open Source qui croît plus rapidement en ce moment. Le FOSDEM est l’endroit idéal pour faire de la veille technologique, que je ne fais pas comme une ingénieure mais comme une développeuse d’affaires.

– Fait à savoir : le FOSDEM, c’est aussi l’occasion pour recruter (nous avons investi le job corner avec nos offres au Canada et en France !), faire connaître Savoir-faire Linux aux jeunes, moins jeunes et surtout donner envie aux talents de nous rejoindre. La conférence Ring y a bien sûr contribué mais aussi l’implication de Clément avec LemonLdap et notre présence sur le stand OW2.

– Entendu parler : la conférence Mozilla: What motivates the open source community? par Rina Jensen, dont les conclusions devraient être partagées.

Beaucoup de lecture en perspective !

– Décerné : le Prix spécial pour moi revient à Software Heritage, un projet porté par Roberto Di Cosmo (INRIA, membre du GTLL Systematic). Le code source de nos projets sont un COMMUN, il doit à ce titre être accessible par tous et centralisé dans une archive qui ne dépend pas d’une solution ou d’une autre (Github, Bitbucket…) .

– Dévoré : Je suis repartie avec How Linux works? et je viens de finir le chapitre 2 🙂

Clément Oudot, expert infrastructure et sécurité

– Représenté : le projet LemonLDAP::NG. J’ai pu ainsi échanger avec les communautés FusionDirectory et Spoon. La présence d’un stand OW2 pour la première année démontre que ce consortium n’est pas qu’orienté Entreprise mais est bien également un acteur communautaire.

– Enchanté : par l’affluence. Entre le kiosque Perl et la devroom bien fournie le dimanche, c’est un plaisir de sentir que ce langage attire encore du monde !

– Croisé : beaucoup de connaissances travaillant dans d’autres communautés, comme Framasoft, XMPP, OpenStack, VLC, PHP, etc.

Notre équipe France au kiosque OW2 : Clément Oudot (c), Cécile Delépine et Soizik Froger
Sous le capot de Ring avec Adrien Béraud et Andreas Traczyk

Adrien Béraud, ingénieur système projet Ring

– Excité : par ce vivier d’échanges enrichissants. Ce fut très excitant, émulant. Nous avons rencontré plein de gens avec des projets intéressants. Il y avait tellement de monde, près 8000 personnes sur les deux jours.

– Marqué : par l’intérêt du public lors de la conférence de Ring l’année dernière, les gens découvraient Ring. Cette année, ils cherchaient à en savoir plus sur la technologie autour du logiciel. D’où des échanges très intéressants dans une salle trop petite pour accueillir tout ce monde intéressé par notre solution. On observe une demande croissante pour les systèmes de communication distribués.

– Écouté : Alok Anand, qui a présenté le module dédié à Ring pour Telepathy. Il l’a développé dans le cadre de Google Summer of Code, avec l’appui de Savoir-faire Linux.

Andreas Traczyk, développeur projet Ring

– Débarqué : à mon premier FOSDEM. Venant de Montréal, j’ai été servi. Cela a dépassé mes attentes. Il y avait vraiment beaucoup de participants, de gens brillants, ce fut assez intense!

Il y avait du monde à la présentation de Ring !

– Impressionné : par la participation à la conférence de Ring. Malgré le peu de temps imparti, nous avons été bien reçus, les questions du public ont été stimulantes, en sachant que d’autres personnes n’ont pas pu assister à notre présentation, faute de place ! J’espère que nous aurons plus de temps l’année prochaine.

– Regretté : de ne pas avoir eu assez de temps pour parler de Ring !

– Assisté : à la très bonne présentation de Daniel Pocock sur le socio-financement (crowdfounding) de projets dans notre domaine.

 

Épisode 1 : Les arbres préfixes (PHT) comme moteur de recherche

OpenDHT est un système distribué public permettant d’indexer des données sous la forme de paire clé – valeur. La clé représente un identifiant unique et la valeur est le contenant de la donnée.

OpenDHT peut stocker des valeurs tout en répartissant les données sur l’ensemble des nœuds du réseau. La librairie est basée sur l’algorithme « Kademlia » introduit par Maymounkov et Mazières.

technology-x-binary-and-backgrounds-541917

OpenDHT innove en implémentant de nouvelles fonctionnalités comme listen : une opération de notification à la réception de nouvelles valeurs annoncées sur le réseau. Toutefois, les tables de hachage distribuées (DHT) offrent la possibilité d’effectuer uniquement des recherches exactes, sur une clef-précise. Or, l’un des principaux problèmes auxquels le logiciel Ring fait face est la recherche d’utilisateurs. Voici pourquoi l’équipe Ring et une équipe de l’UQAM ont travaillé à la recherche d’une solution pour ce problème.

Le solution utilisée: La PHT ou Prefix Hash Tree

capture2

La solution est inspirée d’un article intitulé Prefix Hash Tree : An Indexing Data Structure over Distributed hash Tables. L’objectif est de créer un arbre dont la structure représente l’information qu’on y ajoute. Les feuilles stockent les clés et les liens de l’arbre servent au routage logique. Le tout repose sur le réseau distribué de la DHT. Cette structure permet une recherche basée sur des mots clefs.

On peut également noter la possibilité de faire exister plusieurs arbres préfixes sur un même réseau. Ce qui servirait par la suite à indexer d’autres données comme des profils Ring ou des services tiers. Il est à noter que l’utilisation du PHT n’est soumise à aucune limitation. En effet, dans un contexte différent, on peut très bien imaginer l’indexation de blogs, d’appareils connectés (domotique), etc.

Cas pratique sur la PHT

Un utilisateur A souhaite rechercher un utilisateur B dont l’identifiant Ring est le suivant : ring:9ad22cac841bed877b8d5f65d4fb2d44bda7fdc4. L’utilisateur A pourra utiliser le PHT pour rechercher l’utilisateur B grâce à des mots clefs comme son prénom, son nom, sa ville de résidence, etc.

À suivre….épisode 2 : l’optimisation des requêtes sur la PHT! 

Ring est maintenant dans Debian

C’est le 30 Juin que Ring fut officiellement accepté dans Debian testing, les dépôts de développement de la prochaine version de Debian: Stretch.

Ceci est une bonne nouvelle pour les utilisateurs de Ring!

Il est donc maintenant possible d’installer Ring à partir des dépôts de votre distribution sans avoir à ajouter ceux de ring.cx.

Ring à la DebConf16 et arrivée dans les dépôts de Debian et Ubuntu

CmYA4fXXgAAyhaf

La 17e édition de la conférence annuelle des développeurs de Debian se déroulait à Cape Town en Afrique du Sud.

Des membres de l’équipe de développement de Ring ont fait le déplacement afin d’y présenter le projet et travailler sur son intégration dans les dépôts officiels de Debian.

Ring dans les dépôts d’Ubuntu et de Debian

Si vous êtes un utilisateur de Debian testing, vous pouvez maintenant installer Ring avec la commande suivante:

– « apt-get install ring »

L’arrivée de Ring dans les dépôts de Debian implique également sa disponibilité dans Ubuntu.

Ring fut intégré dans Ubuntu 16.10 le 2 Juillet 2016.

Des contributeurs de Debian ont déjà commencé à tester Ring sur GNU Debian/kFreeBsd, on peut y espérer un paquet dans un avenir proche.

Une requête accompagnée d’un patch a été envoyée par un utilisateur Debian afin de permettre à Ring de compiler sur Debian Jessie.

Il y aura donc possiblement un backport de Ring dans jessie-backports, ce qui permettra aux utilisateurs de Debian Jessie d’installer Ring depuis les dépôts officiels de Debian.


Présentation de Ring à la DebConf16

Alexandre Viau et Simon Désaulniers ont fait une présentation détaillant la technologie utilisée pour passer des appels de manière décentralisée. Un avant-goût de l’utilisation d’Ethereum pour l’enregistrement de noms d’utilisateur est également exploré.

Un enregistrement de la présentation est disponible dans les archives de debian-meetings:
http://meetings-archive.debian.net/pub/debian-meetings/2016/debconf16/Decentralized_communications_with_Ring.webm


OpenDHT dans Debian expérimental

OpenDHT a été développé pour répondre aux besoins de Ring mais le projet demeure tout de même indépendant et pourrait être utilisé par d’autres applications.
Le paquet libopendht a fait son apparition dans Debian expérimental pendant la DebConf.

Les prochaines itérations du paquet vont inclure le programme dhtnode, qui permet d’exécuter un noeud OpenDHT.

Le programme permet à la communauté d’héberger des nœuds OpenDHT sans avoir à exécuter dring, le daemon Ring, qui est plus lourd en dépendances que dhtnode.

Des changements dans Ring

Depuis le mois de mai, il y a eu des changements importants apportés au projet Ring.

Cf3E_aSVAAAsBGA

Des modifications importantes dans OpenDHT ont été intégrées dans Ring

Avec l’utilisation de la nouvelle version 0.6.1 d’OpenDHT, la connectivité est devenue plus rapide et robuste.

Ces changements renvoient surtout au bon fonctionnement de la communication bas-niveau (NetworkEngine, déjà introduite dans la version 0.6.0) à l’intérieur même d’OpenDHT. Ces améliorations se traduisent par une diminution du temps des opérations élémentaires de la table de hachage distribuée.

Quel est impact sur l’expérience utilisateur?

Dans l’ensemble, les chances de réussite d’un appel augmentent et le temps requis pour l’établissement de la connexion entre deux usagers diminue. Ce qui augmente la performance de Ring.

Changements dans la gestion des profils

La mise en place d’une nouvelle fonctionnalité pour le client Desktop

Amélioration de l’expérience utilisateur : L’utilisateur peut désormais se créer un profil en ajoutant des informations personnelles (nom, photo, etc.)

Cela ouvre de nouvelles pistes de développement de fonctionnalités dans Ring ce qui permettrait d’avoir plusieurs profils sous la même application, comme par exemple son profil entreprise, son profil maison, etc.
Imaginez comme cela serait pratique de pouvoir accéder au compte Ring de son entreprise sans avoir à se déconnecter puis à se reconnecter avec un autre login?

Ring aura l’honneur d’une plénière lors du prochain FOSDEM

L’année 2016 sera un tremplin pour Ring! Cela ne fait aucun doute, à en juger par l’intérêt que cette plate-forme de communication développée par Savoir-faire Linux suscite dans la communauté du logiciel libre et open source.

Après la publication, la semaine dernière, d’une entrevue avec le directeur du projet chez Savoir-faire Linux sur le site de la prestigieuse Free Software Foundation, Ring sera en plénière au FOSDEM le 31 janvier prochain. Devant 800 développeurs, Guillaume Roguez et Adrien Béraud présenteront les aspects techniques de Ring lors de ce grand rendez-vous annuel du logiciel libre européen.

FOSDEM 2016
 
Ring, qui sera bientôt en version bêta, s’appuie sur des améliorations constantes. « La communication moderne implique de s’adapter à un ensemble de technologies, précise Guillaume Roguez, directeur du projet. Nous allons les présenter aux développeurs qui seront présents au FOSDEM et leur proposer de comprendre nos défis et nos succès, en espérant leur donner envie de participer à l’aventure Ring. »

Parmi ces améliorations, une attention particulière sera donnée à OpenDHT. Cette table de hachage distribuée nouvelle génération, dont le développement est supervisé par Adrien Béraud, permet notamment aux utilisateurs de Ring d’entrer en relation par la voie du pair-à-pair (peer-to-peer). Il sera aussi question des méthodes de chiffrement utilisées, de la capacité pour Ring de passer au travers des pare-feux et de communiquer avec les objets connectés, etc.

Pour Adrien Béraud, « Participer au FOSDEM, c’est aussi l’occasion de donner une visibilité à l’ensemble du projet pour ses valeurs. Ring est un outil de communication, mais il est plus qu’un simple outil. Il repose sur la communauté. C’est à elle qu’il appartient, et c’est à travers elle qu’il se renforce. »

Pour en savoir plus sur la conférence qui sera donnée par Adrien et Guillaume au FOSDEM, visitez le site de l’événement!