Ring parmi les projets hautement prioritaires de la Free Software Foundation

 

Intégré dans le projet GNU depuis l’automne dernier, Ring fait désormais partie des projets prioritaires de la FSF dans sa liste de High Priority Projects List (HPPL) mise à jour en janvier dernier.

En mettant l’accent sur ces projets open source, la Free Software Foundation répond à sa vocation : accroître la notoriété et l’usage des logiciels libres parmi les utilisateurs des outils informatiques quels qu’ils soient. Depuis 2005, elle dresse une liste d’applications en développement à destination des contributeurs, bénévoles, compagnies et autres militants du Logiciel Libre. Sans leur aide précieuse, ces projets ne pourraient atteindre leur plein potentiel.

De nombreux enjeux des technologies libres sont abordés : la décentralisation, l’accessibilité, la sécurité, les applications mobiles et les technologies liées aux clavardages en direct avec messageries. C’est dans cette catégorie que Ring a été placé.

Aux yeux de la Free Software Foundation, le contexte actuel de surveillance généralisée exige que l’on s’attelle à une tâche fondamentale : trouver des solutions alternatives et sécuritaires à des logiciels propriétaires.

La présence de Ring dans cette liste est très importante pour nous. Libre, décentralisé, sécurisé et universel, c’est un logiciel qui s’intègre parfaitement à la philosophie de la Free Software Foundation. Basé sur un développement collaboratif, il veille à offrir une meilleure protection de la confidentialité et de la vie privée des utilisateurs lors de communication à distance (clavardage, messagerie, appel audio et vidéo).

Un code partagé et enseigné

En effet, notre équipe de développement travaille de concert avec des contributeurs extérieurs ainsi que les universités partenaires. Déjà objet d’étude pour les étudiants de premier cycle à l’École Polytechnique de Montréal, Ring sera au programme des élèves de 3e année, autour de nouvelles fonctionnalités.

Dans le même esprit, il faut rappeler l’implication des étudiants de maîtrise de l’Université du Québec à Montréal dans la sécurisation des protocoles Distributed Hashed Table.

Dès lors, l’appui de la Free Software Foundation nous encourage à faire partager nos avancements sur ce projet de logiciel libre, universel, distribué pair à pair et sûr, constituant une pierre dans l’édification d’un Internet décentralisé et libre.

Publié par

Jan Vailhé

Diplômé en médias et journalisme à l'Institut d'Études Politiques de Paris, Jan Vailhé est chargé de communications chez Savoir-faire Linux. Ses dossiers de prédilection sont la protection de la vie privée, le big data, l'intelligence économique, et les enjeux politiques liés aux TI. Il termine un certificat en cyberfraude, orienté sur les comportements humains à Polytechnique Montréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *