Découverte d’OpenStack à l’OpenStack Workshop Lyon

La communauté OpenStack FR a organisé le 15 juin 2016 une journée sur Lyon dédié à OpenStack : OpenStack Workshop Lyon (ou OWL pour les intimes).

OpenStack FR

J’ai participé à cet atelier pour découvrir un peu mieux OpenStack et rencontrer les membres influents de sa communauté en France.

La journée est introduite par Adrien Cunin de chez Osones qui présente les différents ateliers de la journée : introduction à OpenStack, déploiement, contribution.

20160615_094813 Pour ma part, bien qu’ayant déjà touché à OpenStack, je choisi l’atelier introduction animé par Christophe Sauthier d’Objectif Libre.

20160615_110128

Après une présentation théorique d’OpenStack et de ses différents composants, nous passons à la pratique en utilisant un compte OVH (qui dispose de sa propre offre OpenStack).

Notre première étape est le démarrage d’une instance basée sur une image fournie par Christophe, image qui n’est autre qu’une installation d’OpenStack : nous voici alors avec un serveur OpenStack maison installé sur une instance OpenStack d’OVH (qui a dit Inception ?).

Grâce à ce serveur, nous pouvons découvrir les outils d’administration d’OpenStack et dans un « tenant » de démonstration créer nos premières instances. Toujours via l’interface d’administration (module horizon) nous paramétrons le réseau, les règles de sécurité, les clés SSH, etc. Nous obtenons rapidement un environnement fonctionnel.

Le reste de la journée est consacré à quelques détails sur les différents modules :

  • neutron pour la partie réseau
  • cinder pour la gestion des volumes
  • swift pour le stockage objet
  • heat pour l’orchestration
  • et bien entendu nova pour le déploiement des instances

Nous apprenons à nous servir de la ligne de commande (et par un hasard fortuit également comment analyser les messages d’erreur d’OpenStack). On conclut cette journée en déployant une instance avec la ligne de commande nova, ce qui nous laisse entrevoir toutes les possibilités d’automatisation de déploiement, mais cela sera pour un prochain atelier.

Un grand merci aux organisateurs et aux sponsors qui ont permis la tenue de cet événement :

sponsorfinal2

Formation aux bonnes pratiques de gestion de projet OpenStack

OpenStack est une plate-forme infonuagique qui semble complexe au premier abord. Elle permet cependant une économie réelle et offre une flexibilité et une indépendance sans égales par rapport aux solutions concurrentes. Les succès des projets OpenStack sont nombreux et il est nécessaire, avant de se lancer dans un projet d’envergure, d’en connaître les bonnes pratiques.

formation-openstack-nuage

Jonathan Le LousPour permettre à nos clients de bien maîtriser les enjeux technologiques d’un projet OpenStack, Savoir-faire Linux propose une journée de formation exclusive animée par notre Vice-président Infonuagique et Infrastructure, Jonathan Le Lous, également vice-président de la communauté francophone d’OpenStack et co-animateur d’OpenStack Montréal.

Quand?

QUÉBEC
19
janvier
2016
MONTRÉAL
21
janvier
2016
OTTAWA
26
janvier
2016
TORONTO
28
janvier
2016

 

Côte d’Ivoire — Savoir-faire Linux traverse la Méditerranée!

SFLinux France en Côte d'Ivoire

C’est avec beaucoup de fierté que Savoir-faire Linux s’est vue proposer, au printemps dernier, la possibilité de participer à une semaine majeure pour les Logiciels Libres en Côte d’Ivoire. La première édition de la journée OS Management Day y avait en effet lieu le 8 avril, immédiatement suivie de la 2ème édition des Journées de l’entreprise numérique (JEN) d’Abidjian, les 9 et 10 avril.

Savoir-faire Linux fut présentée par la société Smile Côte d’Ivoire, qui organisait le OS Management Day, comme un partenaire technologique expert dans les domaines du libre et plus particulièrement dans le cloud et les ERP (Odoo). Un premier contrat autour de l’intégration d’OpenStack a d’ailleurs été signé à cette occasion, entre les deux entreprises.

Laurent-Marie-aux-JENAux JEN, nous recevions également un accueil très chaleureux et amical. Les contacts, nombreux et de qualité, déboucheront très certainement sur de nombreuses « success stories » dans les mois et les années à venir.

La Côte d’Ivoire est un pays en pleine mutation technologique et son intérêt pour les Logiciels Libres est très fort. En Afrique comme ailleurs dans le monde, nombreuses sont les entreprises collectivités et ministères qui ont compris que ces technologies étaient, de façon évidente, la meilleure façon de répondre à leurs problématiques de compétitivité et d’innovation.

OpenStack : votre infrastructure est-elle 2015?

Logo OpenStack KiloLa nouvelle version d’OpenStack est sorti le 30 avril 2015. Elle se nomme Kilo. Avec 20 millions de lignes de code, 23 756 membres et près de 500 compagnies engagés dans le projet dans 162 pays, OpenStack est en 2015 la référence en matière d’infonuagique privée (voir mes billets précédents).

Vous en doutez?

Vous êtes sans doute passé à côté de l’annonce de PaypalGood Bye VMware, Hello OpenStack!») qui a migré toute son infrastructure, ou celle de Walmart, qui a annoncé passer 100 000 machines sous IaaS. Ces entreprises rejoignent ainsi eBay, AT&T, American Express, Sony, Time Warner Cable, BMW, Disney Studio, Best Buy, Blomberg, Comcast et de nombreux autres (vous trouverez une liste non exhaustive ici). Même si les Canadiens sont discrets jusqu’à présent, des projets émergent au sein d’institutions fédérales et québecoises, de banques ainsi que de nombreux hébergeurs. À noter que des entreprises comme Ubisoft, iWeb, OVH sont des utilisateurs affichés de cette solution infonuagique sur notre territoire.

Vous en doutez encore? Venez faire un tour au prochain OpenStack Summit à Vancouver! Vous pourrez vous faire ainsi votre propre idée.

Pourquoi un tel succès?

Des API standards qui évitent le « lock-in »

L’engouement pour OpenStack n’est pas uniquement dû aux utilisateurs finaux. Globalement, c’est toute l’industrie qui se tourne aujourd’hui vers cette solution. En tête, nous retrouvons HP,Cisco, Red Hat, IBM et… VMware (neuvième contributeur de cette version)!

Pourquoi? Simplement, parce qu’OpenStack offre des API standards qui permettent de l’utiliser comme un outil de communication entre le matériel, les logiciels de production et les applications finales. Une fois le travail réalisé, vos infrastructures et logiciels seront capables d’utiliser n’importe quelles solutions matérielles et logicielles du marché, voire de communiquer avec les hébergeurs en mode infrastructure hybride. Chantiers qu’il est historiquement très difficile de réaliser avec VMware, même si de nombreux progrès sont en cours notamment grâce… à OpenStack on VMware!

Du vrai DevOps!

OpenStack, c’est DevOps — c’est-à-dire comment transformer votre infrastructure en plate-forme de services pour les équipes de développement tout en maintenant un niveau élevé d’exigence sur vos ressources matérielles et logicielles. Je vous invite à relire cet article pour mieux comprendre : Infonuagique privée : la flexibilité d’Amazon à un coût réduit avec OpenStack

Les coûts faibles notamment en environnement Linux

En effet, que vous choisissiez une version communautaire ou celle du chef de file en la matière, Red Hat, une infrastructure service OpenStack a un coût inférieur pour plusieurs raisons :

  1. Tous les outils déployés via la plate-forme sont des logiciels libres, donc gratuits pour la plupart,
  2. Avec une version entreprise, vous disposez d’une souscription par serveur physique avec des environnements virtuels illimités, ce qui réduit vos coûts, notamment si vous utilisez Linux. Allons même plus loin : ce serait quasiment un non-sens de ne pas utiliser OpenStack pour des serveurs Linux!
  3. Vous gagnez du temps dans la gestion de votre infrastructure, dans le déploiement et dans les mises à jour.

Encore une fois je vous invite à essayer la solution et vous faire vous-même votre idée!

Et cette nouvelle version alors?

Maintenant que j’ai aiguisé votre intérêt, que nous réserve cette nouvelle version sortie le 30 avril 2015, la onzième depuis la création du projet en 2010?

  • Une plus grande stabilité et élasticité à travers les services de base OpenStack, nouvellement redéfinis.
  • La première version complète du service de bare metal, un composant nommé Ironic, pour l’approvisionnement de services nécessitant un accès direct au matériel.
  • Des normes d’essai plus rigoureuses pour assurer la cohérence de plus de 100 pilotes et extensions.
  • Le support des suppressions de code au niveau du stockage en mode objet afin de garantir la résilience de l’application en cas d’erreur.
  • Une amélioration de la fédération d’identité pour facilité l’utilisation en mode hybride et « multi-cloud ».
  • Une meilleure intégration des technologies telles que les DNS ou les conteneurs logiciels.

Pour la liste complète des améliorations, consultez les notes de versions.

L’un des enjeux majeurs d’OpenStack, dans cette version et celle à venir, c’est le NFV (virtualisation des fonctions de réseau) permettant de déployer une infrastructure 100 % virtuelle avec un niveau de complexité élevé, comme c’est le cas dans les télécommunications. Les acteurs contribuant à améliorer cette partie sont d’ailleurs AT&T, Amdocs, Orange, mais aussi Cisco, Brocade, etc.

Et votre infrastructure? Est-elle 2015?

À bientôt! 😉

Jonathan

DevOps au quotidien : d’OpenStack à l’intégration continue !

Voici donc la vidéo de la présentation du 8 décembre dans laquelle Jonathan Le Lous présentait le concept de DevOps en relation avec les technologies d’Infrastructure-Service (IaaS) comme OpenStack, et de Plateforme-Service (PaaS) comme OpenShift. Il décrivait ainsi l’évolution des processus de collaboration entre les administrateurs systèmes et les développeurs telles que nous la vivons, au quotidien, chez Savoir-faire Linux.

En transcrivant la vidéo, il m’est apparu que ce texte était fort intéressant, mais qu’il se lirait mieux sous forme d’entrevue. L’innovation, chez nous, ne connaissant pas de limites, je l’ai adapté selon les termes de la licence Creative Commons. Voici donc cette passionnante « non-entrevue ». 😉

Lisez la suite