sflphone - The free software enterprise-class softphone for GNU/Linux

L’équipe de développement du client SIP/AIX2 pour Linux SFLphone est fière d’annoncer la sortie de SFLphone 1.4.0. Voici les principales informations accompagnant la sortie de cette nouvelle version.

Maturité de la vidéo

Parmi les nombreux changements et améliorations, notons que l’implémentation de la vidéo a été retravaillée en profondeur afin d’assurer une meilleure robustesse dans des conditions très diverses et de rendre la configuration plus flexible. Il est maintenant possible de diffuser en temps réel plusieurs types de flux vidéo ou de fichiers image et d’activer le partage d’écran en cours d’appel.

Améliorations audio

Autre fonctionnalité remarquable : le support du système audio JACK, largement utilisé dans l’industrie de l’audio professionnelle.
Grâce à l’amélioration de la mise en cache temporaire (buffering), de la latence et du rééchantillonnage audio, la qualité sonore est également sensiblement meilleure.

Journal des changements

Démon

  • Support JACK Audio
  • Support vidéo par défaut
  • Fonction de partage d’écran
  • Possibilité de diffuser des fichiers vidéo, images et texte
  • Support de GnuTLS comme alternative à OpenSSL
  • Configuration caméra persistante (par caméra)
  • Changement de source vidéo en cours d’appel
  • Activation ou désactivation de la vidéo pour chaque compte
  • Masquage des pertes de trame
  • Support RTCP
  • Compilations réalisées avec clang

Client KDE

  • Gestionnaire de contacts aux fonctionnalités complètes :
    • Ajout, modification et gestion des sources de contacts
    • Suppression de contacts depuis l’interface
    • Sources de contacts disponibles pour la saisie automatique (auto-completion) ou l’indicateur de présence
  • Effets vidéo de base tels que rotation et rapport hauteur/largeur défini
  • Mode vidéo plein écran

Client Gnome

  • Vidéo à fenêtre unique
  • Nouvelles icones
  • Validation partielle des certificats SSL

Processus de design dans le cadre de projet web adaptatif

Depuis l’agrandissement du bureau Savoir-faire Linux de Québec subséquent au rachat de L3interactive, une entreprise spécialisée dans le développement web en logiciel libre, l’équipe design et, plus largement, frontend travaille et améliore son processus de design.

Ce processus est souvent passé en revue et amélioré en fonction des post-mortem ou des simples observations consignées au fil du déroulement des projets.

Pourquoi établir un processus de design?

Les raisons sont multiples mais, principalement, cela nous permet d’optimiser le déroulement du travail au cours d’un projet et de contrôler la qualité du produit livré. Les étapes de création deviennent aussi très claires pour le client.

Un processus peut-être considéré comme une feuille de route théorique des étapes et des bonnes pratiques à suivre, dotée d’une certaine flexibilité en fonction des équipes, du projet ou du client.

Le cas des projets web adaptatifs

C’est sans doute là que le processus est le plus nécessaire. Étant donné la complexité de ce type de projet, il est important d’avoir une bonne feuille de route qui soit compréhensible et bien comprise par l’ensemble des intervenants du projet.

 

Le processus en détails

Pour chaque projet nous adoptons la méthodologie agile, ce qui permet principalement de voir le projet se monter au fur à mesure des itérations et de le réorienter au besoin. Chaque étape de ce processus est de plus soumise à une assurance qualité du visuel et des fonctionnalités garantissant la conformité et la qualité de nos livrables.

Processus de design - Site web responsive - Savoir-faie Linux

1. Recherche et définition

Recherche et définition en début de projet web

Un premier rendez-vous est nécessaire pour apprendre à se connaître, pour nous assurer que nous comprenons le secteur d’activité et la nature de l’entreprise cliente. Nous abordons entre autres les motifs de la refonte, les objectifs à atteindre, les cibles visées et les appareils à supporter.

Dès cette première réunion, nous établissons les protocoles de communication, les étapes, les livrables, les échéanciers, les rôles et les attentes.

Les informations utiles sont retranscrites dans la documentation.

 

2. Documentation

Documentation projet web

Véritable bible, le document de référence est mis à jour dès le début du mandat et jusqu’à la fin des maquettes filaires. Il permet d’expliquer, d’annoter tout ce qui est nécessaire à la bonne compréhension du projet. Chaque intervenant, chez Savoir-faire Linux comme chez le client, est ainsi à même de bien comprendre le projet. L’arborescence des sites est intégrée au document.

Exemple de documentation

 

3. Les maquettes filaires (wireframes)

Exemple de wireframe

Une fois que nous avons tous les éléments en main, des premières maquettes filaires (ou wireframes) cliquables sont produits. Afin de réduire le coût, nous ne produisons que celles qui sont nécessaires à la couverture de l’ensemble des besoins. Elles sont déclinés dans les deux résolutions extrêmes (ordinateur de bureau et mobile).

Même si le projet comporte la portabilité sur tablette, en règle générale, nous ne nous attaquons à celle-ci qu’à partir du prototype. Le projet ayant déjà été pensé aux deux résolutions extrêmes, nous réutiliserons alors les comportements conçu soit pour le mobile, soit pour l’ordinateur de bureau.

Exemple de maquette filaire

 

4. Le prototype

Exemple de prototypage rapide

Cette étape permet de projeter rapidement les wirefames et d’être sûr que tout fonctionne bien. Le prototype est un bon outil pour vérifier les hypothèses établies en phase de wireframe. Plus tôt l’on se rendra compte des ajustements à faire, moins cela aura d’impact sur le projet en termes de calendrier ou de budget.

Exemple de prototype html

Exemple de prototypage rapide (animation de jpeg)

 

5. Les maquettes graphiques

Exemple de maquette graphiques

En accord avec la charte graphique de l’entreprise ou selon la direction que celle-ci souhaite donner à son projet web, nous développons des maquettes graphiques pour ordinateur et mobile. Toutes les maquettes filaires ne sont pas forcément déclinés. Le but consiste à couvrir les gabarits nécessaires de façon à donner une projection cohérente du futur site web. Souvent, au lieu de faire une page, nous extrayons ses composants que nous designons directement dans une page UI, composée de tous les éléments nécessaires du site web.

Exemple de maquettes graphiques

 

6. Le guide de style

guide-de-style

La création d’un guide de style est une pratique plutôt émergente mais nécessaire, surtout dans le cadre d’un projet adaptatif ou d’un site comportant beaucoup de contenu. Ce guide rassemble une collection de règles ou de composants définissant les conventions de style à utiliser pour le projet. En général, on retrouve les éléments de la page UI, mais de façon interactive. Cette étape est faite par un intégrateur graphique, qui retranscrit les éléments des maquettes en code pouvant être interprété par les navigateurs. On cherche ainsi à réduire le coût tout en augmentant la qualité. Le client pourra par ailleurs réutiliser ce document pour d’autres projets.

Guide de style

 

7. L’intégration graphique

intégration graphique

Nous finalisons l’intégration graphique en repartant du prototype développé et y intégrant les éléments du guide de style, en commençant par la version mobile afin d’optimiser ses performances. Nous faisons en sorte que tout le contenu soit régi par la feuille de style (CSS), que son intégration soit conforme aux normes du W3C ainsi qu’aux principes d’accessibilité. Le respect de ces standards à notamment un impact positif sur le référencement.

SIte web de la SSQ

 

8. Lancement

La récompense de tant d’efforts est arrivée. Nous avons pour coutume de dire que la mise en ligne n’est pas la fin d’un site internet, mais au contraire, son commencement. En effet, un site web est une matière vivante qui nécessite une entretien régulier afin d’être toujours à son meilleur.

 

Exemples de réalisation

Logo OpenStackAmazon est sans contestation possible le numéro un de l’infonuagique publique. Son succès tient en une recette secrète dont on connaît les ingrédients : élasticité horizontale, répartition des charges (load balancing) et service à la clientèle. Mais si Amazon a su s’imposer grâce à son avance technologique, l’hébergeur a aussi des défauts…

Lisez la suite de ce billet dans mon blogue de Direction informatique Lien.

Une équipe de Savoir-faire Linux était de passage au Forum Decideo qui a eu lieu le 11 juin dernier, à Québec. Eh oui! « Il s’agit du premier Forum Decideo au Québec, et il est à Québec, pas à Montréal », rigolait l’organisateur de l’événement et éditeur en chef de Decideo, Philippe Niewbourg. Ce forum réunissait des utilisateurs de systèmes BI de Québec, principalement issus du secteur public et de l’assurance, afin de discuter des pratiques d’intelligence d’affaire dans leurs organisations.

Savoir-faire Linux au Forum Decideo

À gauche: Jérémie Delobel, meneur de pratique Talend chez Savoir-faire Linux, à l’écoute des participants au foyer du Forum. À droite: les conférences avaient lieu dans le bel auditorium de l’Auberge Saint-Antoine de Québec.

Du BI classique à l’analyse prédictive

Au menu des conférences, les retours d’expérience du MAPAQ et du Ministère des Finances sur leur utilisation de solutions classiques d’entrepôt de données et de communication de données (reporting). On y apprend notamment qu’on n’a jamais trop peu de moyens pour commencer un projet BI. Et aussi que les projets les plus stratégiques pour une organisation ne sont pas nécessairement les plus coûteux.

#Reporting: Commencer un projet BI petit de façon itérative pour voir grand et globalement - Ministère des finances #agile #bi #fdqc14

À l’autre bout du spectre, nous avons aussi eu droit à des conférences sur le BI du futur: l’analyse prédictive. Nous y avons vu des applications concrètes dans les domaines de la santé, de la lutte à la fraude et de l’investissement boursier.

On apprend ainsi que l’enjeu principal du prédictif réside dans le fait de ne pas restreindre en amont la sélection de variables, mais au contraire d’aller chercher le maximum d’éléments d’information afin de laisser les algorithmes explorer les « liens faibles » entre ces variables, qui influencent un problème de façon non linéaire.

Selon Dr Zyed Zalila, PDG-Fondateur de la société de R&D Intellitech, cité ici de mémoire:

« Si décrire un phénomène peut être compliqué, le prédire est très complexe et le complexe ne peut se résoudre en segmentant simplement le problème en parties compréhensibles. On doit saisir l’interaction de milliers de variables qu’on ne peut isoler les unes des autres. Or, le génie humain ne peut saisir un concept de plus de huit dimensions.
Le défi du prédictif réside donc dans la créativité et l’assiduité à recenser toutes les caractéristiques possibles des cas dont le dénouement est connu. On doit pouvoir faire confiance à l’algorithme qui se chargera, en aval, de réduire les variables inutiles à l’équation, mais surtout de formuler cette équation permettant de résoudre un problème incompréhensible pour l’homme. »

Le web sémantique et Talend s’invitent à la conférence

Entre ces deux volets classiques et futuristes, nous avons eu droit à la présentation de solutions cartographiques avec le CRIQ (prochainement sur icriq.com) ainsi qu’à une présentation surprise sur le web sémantique par François Belleau.

Le web sémantique, ce n’est pas un concept nouveau, mais force est d’admettre que l’on n’a pas encore réussi à le démocratiser. Partant de ce constat, le conférencier s’est justement donné comme mission de faciliter l’accès aux outils permettant d’exploiter ce qu’il est convenu d’appeler le « Web 3.0 ». Citation:

« Cela ne sert à rien de parler de web sémantique si nous n’avons pas des outils simples à utiliser pour démontrer ses capacités. »

Lors d’un démo de moins de 5 minutes sur le site DBpedia.org, qui permet de manipuler les données de Wikipédia, il a démontré qu’il est possible, par exemple, d’obtenir en peu de clics le palmarès des pays dans lesquels sont nés le plus grand nombre de compositeurs recensés dans cette encyclopédie.

Avec un outil libre comme Talend, a-t-il poursuivi, une entreprise peut combiner ces jeux de données du web sémantique à ses propres données organisationnelles, et ce, avec un minimum de configuration. Il a même créé un groupe de composants Talend qui facilite ce travail:

@FrancoisBelleau: Découvrez le web sémantique avec mon plugin branché @Talend #fdqc14

Bravo et merci à Decideo!

Nos tenons à féliciter la fine équipe de Decideo pour ce premier forum qui fut une occasion unique de discuter spécifiquement d’intelligence d’affaires dans la Vieille capitale. Le deuxième forum Decideo aura lieu à Montréal en septembre prochain. C’est un rendez-vous!

▸ À voir aussi: résumé sur @storify de ce Forum Decideo

Vue du foyer du Forum Decideo

L’équipe Odoo (anciennement OpenERP) de Savoir-faire Linux a appris hier, avec beaucoup de fierté, qu’elle avait remporté le trophée 2014 du meilleur partenaire intégrateur Odoo des Amériques. Trois de nos collègues (Maxime Chambreuil, Pierre Lamarche et Sandy Carter) étaient sur place, à Louvain, près de Bruxelles, où ils participaient aux OpenDays 2014. Ils rapporteront le prix dans leurs bagages en début de semaine prochaine. ;-)

Maxime Chambreuil reçoit le Odoo Best Partners of Americas Award

Cette distinction est une reconnaissance supplémentaire de notre expertise technique et de notre implication dans la communauté Odoo. Le même jour, Maxime était élu au poste de vice-président de la Odoo Community Association, aux côtés de Joël Grand-Guillaume (Camptocamp), élu président.

Quant à Pierre Lamarche, qui a reçu la certification Odoo v7 tout récemment (après notre collègue Marc Cassuto), il avait obtenu le meilleur score à l’atelier Point de vente (PoS) de la veille. :-)

Liens complémentaires

Les présentations de Maxime sur Slideshare

Nos sources de médias sociaux